S'il y a bien une chose que j'adore faire, c'est me balader dans la nature... et laisser mon esprit vagabonder.
J'avoue aussi que depuis quelques années, j'ai tenté diverses expériences culinaires avec des plantes, des fleurs ou des fruits sauvages: ortie, ail des ours, sureau, violettes...


Cet été, je suis tombée sur une recette de biscuits réalisés avec des baies d'aubépine (tirée du livre "les plantes sauvages d'Emilie" et du blog Cuisine sauvage).
Et comme en plus ces petits gâteaux étaient appelés les biscuits de sorcière à l'aubépine... je n'ai pas pu résister !!!

cenelles4
"Des biscuits de sorcière ??? Faut absolument que je fasse ça !!!!"
Il est précisé dans le livre que ces petits gâteaux sont ainsi nommés car (je cite): "Seules les sorcières des bois savent transformer ces fruits en biscuits au parfum sauvage pour attirer les enfants gourmands."

- Hum hum, alors sorcière du style Hansel et Gretel, vieille et moche qui se mijote des ragoûts d'enfants aux petits oignons ???? Bon, déjà, c'était moins glamour. J'aurais préféré la version jeune femme envoûtante et mystérieuse qui connaît les vertus des plantes.

Et bien moi, je vais vous dévoiler la vraie raison pour laquelle ce sont des biscuits de sorcière !
D'abord, une fois que tu as trouvé ces petites boules rouges (appelées cenelles), tu vas faire bien attention à ne pas te faire piquer par les petites mais néanmoins féroces pieux épines qui protègent les fruits. Après un certain temps de cueillette (300 g, ça se ramasse pas tout seul alors pense à te faire accompagner de sorciers en herbe qui te fileront un coup de main), tu te dis que le plus gros du boulot est fait.
Bah non, parce qu'après la cuisson, cerise cenelle sur le gâteau, vient le moment de passer les baies au presse-purée... et là, on découvre qu'en fait, y'a plus de noyaux que de pulpe et que le presse-purée, il digère très mal les noyaux de cenelles... et que ça colle et que c'est pas du gâtea !!! Bah non, c'est des biscuits !
Bref, tout ça pour dire que si on les appelle biscuits de sorcière, c'est parce que, sans un formule magique pour te donner de la patience, tu as un peu envie de tout bazarder au tas d'humus !

Mais c'est bon, la purée de cenelles apporte un moelleux incomparable et mon ajout de noisettes a été des plus heureux ! Alors tentez !

 

Rappel important : attention pendant la cueillette à bien identifier les baies. Ces cenelles poussent sur un arbuste appelé aubépine ou épine blanche car il se couvre de petites fleurs blanches au printemps.
Il existe un certain nombre de petites baies rouges toxiques dans la nature : viorne, chèvrefeuille, houx, bryone... dont on fait très attention, surtout si on ne s'y connaît pas trop !!

cenelles2


Pour environ 10 biscuits de sorcière :

300 g de cenelles
3 dl d'eau
80 g de farine d'épeautre complète
80 60 g de beurre
100 80 g de sucre roux
1 c à s de miel
1/2 c à c de levure chimique
1 pincée de sel
qq éclats d'amandes 15 g de noisettes

 

Mettre les cenelles dans une casserole avec l'eau et faire cuire pendant environ 15 minutes. Les baies doivent être molles et marron. Il reste un fond de liquide dans la casserole.
Passer le tout au presse-purée (à grosse grille pour moi) et prendre son courage à deux mains parce que les noyaux ont tendance à s'accumuler et à boucher tout!
Éventuellement, passer au chinois mais moi, ça n'a pas été nécessaire.
On doit obtenir 150 g de purée de cenelles bien collante.
 
Concasser grossièrement les noisettes.
Dans un saladier, mélanger la farine d'épeautre, le sucre roux, la levure, le sel et les noisettes. Ajouter le beurre en petits morceaux et enfin la purée de cenelles. Mélanger du bout des doigts pour bien incorporer le beurre. On obtient une boule assez collante.

Mettre un feuille de papier sulfurisé sur une plaque, déposer des boulettes de pâte qu'on étalera un peu avec les doigts.
Enfourner 15 à 18 minutes th 6.

cenelles1

cenelles3