Il y a des souvenirs qui sont bien enfouis et qui peuvent resurgir d'un coup à la lecture d'un livre.
Cet été, dans un vide-greniers, j'ai trouvé un petit livre de cuisine un peu racorni "La cuisine en Poitou", une réédition d'un ouvrage de 1932. Autant dire que Je me suis empressée de l'acheter et de le feuilleter !
J'ai découvert des plats que je ne connaissais pas et d'autres qui ont fait remonter les souvenirs...Comme ce "tourteau pruné" qui est en fait une tarte toute simple garnie avec une pâte de pruneau mais  surtout avec des croisillons de pâte pour décorer.
Je me suis alors revue petite fille chez mes arrières-grand-parents, le nez au ras de la table avec cette tarte que je trouvais magnifique : les bandes de pâte formaient des losanges parfaits et en faisaient presque une tarte féerique (vous savez, comme quand, enfant,  vous regardez "Peau d'âne" en train de faire son cake d'amour... plus grande, quand vous regardez le film, vous trouvez ça plutôt niais... mais c'est une autre histoire...).

Bref, je ne me souviens plus si mon arrière-grand-mère Valentine mettait des pruneaux ou des prunes dans sa tarte mais j'ai vraiment eu envie de refaire ce dessert qui me rappelait tant de souvenirs. Et d'alterner les couleurs pour encore plus de magie.
Comme les prunes des vergers ne sont pas encore tout-à-fait mûres, j'ai utiliser de petites prunes sauvages, un peu acides mais tellement mignonnes.

tarteprunes3

 

Pour 8 personnes :
pâte :
300 g de farine
150 g de beurre
1 pincée de sel
cannelle en poudre
environ 1dl d'eau

600 g de prunes jaunes (reines-claudes, mirabelles..)
600 g de prunes rouges et bleues (quetsches...)
4 c à s de sucre roux
vanille

 

Préparer la pâte brisée : dans un saladier, mélanger farine, sel et cannelle. Ajouter le beurre coupé en petits morceaux et mélanger du bout des doigts pour obtenir un sable grossier. Rajouter alors l'eau et former une boule. Réserver au réfrigérateur.

Laver et dénoyauter les prunes. Les faire cuire séparément dans des casseroles. Ajouter à chaque compote 2 c à s de sucre roux et de la vanille.

Pour ma part, comme j'ai utilisé des petites prunes sauvages, elles contenaient beaucoup d'eau. J'ai fait cuire à feu doux pendant au moins 30 minutes pour éliminer un maximum d'eau et ne pas prendre le risque de détremper ma pâte.
Si les prunes sont très sucrées (par exemple des mirabelles), il n'est pas non plus nécessaire de rajouter du sucre à la compote.

Étaler les 2/3 de la pâte dans un plat à tarte.
Former des bandes alternées de compote avec les deux préparations aux prunes (d'où l'intérêt que ce ne soit pas trop liquide pour éviter que tout ne se mélange...)
Étaler le reste de pâte et découper de fines lanières pour faire les croisillons.

Faire cuire 30 minutes et déguster bien froid.

 

tarteprunes1a

 

tarteprunes2